Louis-Léon Normandeau

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

« Quoi, pensais-je en moi-même, une femme peut-elle m’éclairer en matière de religion? Car c’était en ce but que je m’étais rendu à la Grande-Ligne. (…) Je lui dis comment mes vues sur la religion s’étaient changées, surtout après avoir lu la Bible. Après lui avoir posé quelques questions, auxquelles elle ne manqua pas de répondre, (…) je vis à mon grand étonnement que j’étais protestant. » Continuer la lecture de Louis-Léon Normandeau

Feller Camp 44 – Parcours d’interprétation

À Saint-Blaise-sur-Richelieu, une petite maison plus-que-centenaire, en bois rond, offre au visiteur un coup d’œil inattendu sur deux aspects peu connus de l’histoire du Québec.

La première découverte est celle de la présence, dès le 19e siècle, d’une communauté francophone mais non catholique à une époque où langue, religion et identité sont “tricotées serré”. Dans la petite maison, la famille Lévesque accueille Henriette Feller, missionnaire venue de Suisse en 1834 pour fonder une mission protestante dont l’objectif principal est de diffuser la Bible. Mais diffuser ne sert à rien si la population ne sait pas lire… Continuer la lecture de Feller Camp 44 – Parcours d’interprétation

Louis Roussy

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Colporteur, pasteur, « suisse »…

 

« Pendant que M. Roussy s’échappe à travers la foule, un protestant qui craignait qu’on ne lui fit mal, et voulant le protéger, s’écrie :

— M. Roussy est battu, c’est bien assez, il ne faut pas pour cela le tuer ! »

Récit du débat entre le Louis Roussy et le prêtre Charles Chiniquy, Le Suisse méthodiste confondu et convaincu d’ignorance et de mensonge, Montréal, 1851, p. 3. Continuer la lecture de Louis Roussy

Voyager seule

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Au 19e siècle, être femme et vouloir voyager seule entraîne parfois des obligations légales. En s’embraquant pour sa mission, Henriette Feller, doit se munir d’un Certificat d’origine pour femme seule, qui lui garantit qu’elle peut retrouver ses pleins droits de Continuer la lecture de Voyager seule

Henriette Odin Feller

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller r installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Une femme à contre-courant

 

Adolescente, elle accompagne son père dans les hôpitaux et les prisons qu’il est chargé d’administrer. Les connaissances humaines et médicales qu’elle y glane lui seront utiles pour son travail missionnaire.

À 22 ans, elle épouse Louis Feller, directeur de la Police de Lausanne, veuf et père de trois enfants dont l’aîné est âgé de 14 ans. Continuer la lecture de Henriette Odin Feller

L’enseignant et le colporteur

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Persécutés en France aux 16e et 17e siècles, les huguenots trouvent souvent refuge en Suisse, où le protestantisme devient la religion officielle dès 1528. L’Église protestante s’y développe, évolue et génère, au 19e siècle, un important mouvement missionnaire. Issue de ce mouvement, la Société des missions évangéliques de Lausanne envoie ses premiers missionnaires franco-protestants, dont Henriette Feller et Louis Roussy.

Arrivés en 1835, Feller et Roussy s’installent d’abord à Montréal : lui va de foyer en foyer pour présenter la Bible et elle offre un enseignement gratuit à ceux qui désirent apprendre à lire. Continuer la lecture de L’enseignant et le colporteur

Les huguenots en Nouvelle-France

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Marchands et marins, explorateurs et coureurs-des-bois, soldats, armateurs, administrateurs… les huguenots participent activement à l’établissement de la Nouvelle-France. Après la mort d’Henri IV, ils sont officiellement interdits de séjour mais encore tolérés car ils sont utiles à la colonie. Leurs droits sont restreints et plusieurs métiers leur sont interdits, dont ceux de médecin, apothicaire, sage-femme, commis, notaire et homme d’armes. Continuer la lecture de Les huguenots en Nouvelle-France

Les racines (suites)

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Galérien puis aumônier du roi

John Knox (15141572) Capturé par les armées françaises et envoyé aux galères durant deux ans, cet ancien prêtre devient aumônier d’Édouard VI, premier souverain anglais protestant. En écrivant le Book of Common Order, fortement inspiré des travaux de Calvin, Knox introduit la Réforme dans l’Église écossaise et fonde l’Église presbytérienne. Continuer la lecture de Les racines (suites)

Les racines

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Diffusées grâce aux progrès de l’imprimerie, les idées des réformateurs protestants se répandent rapidement en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et, moins d’un siècle plus tard, dans les colonies.

Un clandestin dans un château

Martin Luther (1483-1546) Excommunié par le pape Léon X mais soutenu par un nombre croissant d’intellectuels, de « prêcheurs » et de simples croyants, Luther, caché dans le château du prince de Saxe, traduit la Bible en allemand, la rendant ainsi accessible au peuple pour la première fois. On appellera Luthérienne l’église protestante qui se développera en Allemagne. Continuer la lecture de Les racines

Les Huguenots

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Au 16e siècle, on appelait « huguenots » les sujets protestants du très catholique royaume de France. Ils portaient aussi le nom de Réformés, parce qu’ils dénonçaient les abus de l’Église de Rome et souhaitaient sa réforme. Continuer la lecture de Les Huguenots

L’Institut Feller : traces d’un monde, un monde de traces…

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller réalisé sous la direction de Marie-Claude Rocher et installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

photo aerienne feller

 

  1. Institut Feller, immeuble principal
  2. Massé Hall
  3. Le château d’eau
  4. Église Roussy-Mémorial
  5. Presbytère
  6. Cimetière
  7. Magasin général et bureau de poste
  8. Résidence du directeur
  9. Résidences des professeurs (9.1 à
  10. Ferme
  11. Grange et dépendances
  12. Maison Lévêque (Musée Feller)

Grande ligne

La société québécoise traditionnelle a longtemps été présentée comme une communauté homogène, fortement attachée à sa terre, à sa langue française et à sa religion catholique romaine. Jusqu’à milieu du XXe siècle, dans un contexte où langue, culture, espace et identité s’entremêlaient, les protestants francophones formaient un groupe social doublement minoritaire : protestants dans une société dominée par le pouvoir catholique, francophones parmi leurs coreligionnaires anglais. On comprend dès lors le silence de l’histoire à leur égard. Malgré leur rôle important dans les premières activités de la colonie comme dans le développement sociale et économique ultérieur, les traces mêmes de leur présence historique sont aujourd’hui difficiles à identifier. Aucun inventaire ne reconnaît le patrimoine des protestants francophones du Québec, les sources sont lacunaires et le culte protestant, issu de la Réforme du XVIe siècle et centré sur la Parole, se caractérise par sa simplicité, faisant peu de place à l’architecture et à l’art religieux. C’est à la découverte de ces traces, matérielles et immatérielles, que ce carnet est consacré.