Grande ligne

La société québécoise traditionnelle a longtemps été présentée comme une communauté homogène, fortement attachée à sa terre, à sa langue française et à sa religion catholique romaine. Jusqu’à milieu du XXe siècle, dans un contexte où langue, culture, espace et identité s’entremêlaient, les protestants francophones formaient un groupe social doublement minoritaire : protestants dans une société dominée par le pouvoir catholique, francophones parmi leurs coreligionnaires anglais. On comprend dès lors le silence de l’histoire à leur égard. Malgré leur rôle important dans les premières activités de la colonie comme dans le développement sociale et économique ultérieur, les traces mêmes de leur présence historique sont aujourd’hui difficiles à identifier. Aucun inventaire ne reconnaît le patrimoine des protestants francophones du Québec, les sources sont lacunaires et le culte protestant, issu de la Réforme du XVIe siècle et centré sur la Parole, se caractérise par sa simplicité, faisant peu de place à l’architecture et à l’art religieux. C’est à la découverte de ces traces, matérielles et immatérielles, que ce carnet est consacré.


Une réflexion sur « Grande ligne »

Les commentaires sont fermés.