Feller Camp 44 – Parcours d’interprétation

À Saint-Blaise-sur-Richelieu, une petite maison plus-que-centenaire, en bois rond, offre au visiteur un coup d’œil inattendu sur deux aspects peu connus de l’histoire du Québec.

La première découverte est celle de la présence, dès le 19e siècle, d’une communauté francophone mais non catholique à une époque où langue, religion et identité sont “tricotées serré”. Dans la petite maison, la famille Lévesque accueille Henriette Feller, missionnaire venue de Suisse en 1834 pour fonder une mission protestante dont l’objectif principal est de diffuser la Bible. Mais diffuser ne sert à rien si la population ne sait pas lire…

Ainsi naît, en terre de colonisation, ce qui deviendra l’Institut Feller, le premier et le plus important collège franco-protestant, ce qui fera de la région le berceau du protestantisme francophone au Canada.

La seconde découverte est plus surprenante encore : en 1943, le collège est réquisitionné par l’Armée canadienne et transformé en camp d’internement pour prisonniers de guerre allemands capturés en Europe ou sur l’Atlantique.

L’Institut Feller devient le Camp 44. Plus d’un millier de prisonniers y séjourneront – jusqu’à 725 à la fois. Parmi eux se trouvent des sous- mariniers, membres d’équipages de U-Boats, simples soldats d’un pays ennemi, mais aussi des officiers de haut rang, nazis convaincus, tacticiens d’expérience, auteurs de complots et de tentatives d’évasion.

Deux histoires à découvrir et à explorer, à Saint-Blaise-sur-Richelieu.

Dessin réalisé par un prisonnier du camp 44. Vers 1945. Encre sur papier. Collection Feller.

Déjà, la Place Feller, devant l’église Roussy-Memorial, offre depuis 2014 un jeu « serpents et échelles » géant, en 3D, dont chaque case permet de mieux comprendre la présence de la communauté protestante francophone dans la région et dans l’histoire du Québec.

Le projet Feller Camp 44 offrira, dès juin 2016, un parcours d’interprétation autour de la petite maison où tout a commencé : photos d’archives de l’Institut Feller et du Camp 44, témoignages, récits et textes explicatifs. En complément, le carnet de recherche Grande Ligne propose d’enrichir cette visite en ligne gratuitement (http://grdeligne.hypotheses.org/).

photo aerienne feller
Photographie aérienne. Vers 1960. Collection Feller

Le projet Feller Camp 44 offrira, dès juin 2016, un parcours d’interprétation autour de la petite maison où tout a commencé : photos d’archives de l’Institut Feller et du Camp 44, témoignages, récits et textes explicatifs. En complément, le carnet de recherche Grande Ligne propose d’enrichir cette visite en ligne gratuitement (http://grdeligne.hypotheses.org/).

Le projet bénéficie d’une subvention du Fonds communautaire de commémoration des guerres mondiales, de Patrimoine canadien, octroyée au comité Héritage Feller. Sous la direction de Marie-Claude Rocher, il est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre  la Municipalité de Saint-Blaise-sur-Richelieu et l’Union d’Églises baptistes francophones du Canada. L’équipe de recherche de ce projet est constituée de Vincent Auzas, de l’IHTP (Institut du temps présent), Paris, et de Marie-Claude Rocher, de l’Université Laval, et compte sur les apports précieux de Béatrice Richard et Florent Tremblay professeurs au Collège militaire royal de Saint-Jean, et de nombreux intervenants de terrain, témoins, porteurs de mémoire et détenteurs d’archives privées. La réalisation technique du projet est confiée à une jeune équipe constituée de Frédérique Majeau-Rajotte et Cloé Saint-Cyr, designers, et Jonathan Rowley, cinéaste.

L’installation de Feller Camp 44  est prévue pour le mois de juin 2016.