Les Huguenots

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Au 16e siècle, on appelait « huguenots » les sujets protestants du très catholique royaume de France. Ils portaient aussi le nom de Réformés, parce qu’ils dénonçaient les abus de l’Église de Rome et souhaitaient sa réforme.

Le salut ne s’achète pas!

Martin Luther, moine allemand, s’insurge contre certaines pratiques de l’Église : richesse excessive, mœurs douteuses, corruption, et, particulièrement, la vente des indulgences pour le salut de l’âme… en finançant la construction de la Basilique saint-Pierre de Rome. Il réclame un retour à l’autorité de la Bible et pose ainsi les bases de la Réforme.

« Jésus-Christ, seul médiateur entre Dieu et les hommes »[1]. Les Réformés rejettent tout intermédiaire – personne, acte ou objet – entre l’humain et le divin. À elle seule, cette affirmation ébranle les fondements de l’Église de Rome, puisque cette médiation est sa raison d’être et la source de son pouvoir.

Le protestantisme, c’est donc…

  • La Bible comme seule autorité et unique référence;
  • Le salut, don gratuit de Dieu, par la foi en Jésus-Christ;
  • Aucun intermédiaire entre Dieu et le croyant : ni pape, ni prêtre, ni saint, ni sacrement;

Une relation individuelle vécue dans une communauté égalitaire

[1] Première épitre de Paul à Timothée, chapitre 2, verset 5.