Les racines

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Diffusées grâce aux progrès de l’imprimerie, les idées des réformateurs protestants se répandent rapidement en Allemagne, en France, aux Pays-Bas et, moins d’un siècle plus tard, dans les colonies.

Un clandestin dans un château

Martin Luther (1483-1546) Excommunié par le pape Léon X mais soutenu par un nombre croissant d’intellectuels, de « prêcheurs » et de simples croyants, Luther, caché dans le château du prince de Saxe, traduit la Bible en allemand, la rendant ainsi accessible au peuple pour la première fois. On appellera Luthérienne l’église protestante qui se développera en Allemagne.

Martin-Luther-1532

Au 18e siècle, de nombreux les soldats originaires d’Allemagne et de confession luthérienne s’établissent au Canada. Leurs patronymes, francisés, sont à l’origine plusieurs familles-souches, dont : Albert, Beauclair, Berger, Bésette, David, Guérard, Hamel, Hinse, Hubert, Jomphe, Lamarre, Lambert, Lemaire, Lessard, Maheu, Mayer, Pagé, Payeur, Raymond, Saint-Pierre, Viger

Jean Calvin (1509-1564) Juriste et théologien converti à la Réforme vers 1532, Calvin fuit la France et se réfugie à Genève, qu’il érige en République théocratique. Il rédige la base théologique de la Réforme et codifie le fonctionnement de l’Église protestante émergente, notamment pas la publication de L’institution de la religion chrétienne. ses écrits sont d’une importance majeure et demeurent influents pour les Églises contemporaines.

Jean_Calvin

La première messe solennelle de François de Laval, vicaire apostolique de la Nouvelle-France, est accompagnée de l’abjuration publique d’un calviniste. On trouve régulièrement dans les archives de la Nouvelle-France des mises en garde contre de la présence de calvinistes, c’est-à-dire, de Réformés.