Les huguenots en Nouvelle-France

Ndlr : Grande Ligne publie ici les contenus iconographiques et textuels du parcours d’interprétation Place Feller installé devant l’église Roussy à Saint-Blaise (Québec).

Marchands et marins, explorateurs et coureurs-des-bois, soldats, armateurs, administrateurs… les huguenots participent activement à l’établissement de la Nouvelle-France. Après la mort d’Henri IV, ils sont officiellement interdits de séjour mais encore tolérés car ils sont utiles à la colonie. Leurs droits sont restreints et plusieurs métiers leur sont interdits, dont ceux de médecin, apothicaire, sage-femme, commis, notaire et homme d’armes.
Les noms de certains huguenots nous sont très connus : Jean-François de la Rocque de Roberval, expéditionnaire de François Ier; Pierre de Chauvin et François de Pont Gravé, qui fondent Tadoussac en 1600; Pierre Dugua de Mons, cofondateur de Québec avec Samuel de Champlain en 1608; Guillaume de Caën, détenteur du monopole de la traite de fourrures en Nouvelle-France de 1621 jusqu’à l’intervention des Jésuites…
D’autres protestants, moins renommés, ont joué un rôle économique important, tel François Peron, qui, entre 1655 et 1661, équipe quatre navires menant vivres et marchandises, passagers et engagés vers les colonies.